Avec le quatrième et dernier épisode de Boyard Land, il est temps de tirer le bilan de la nouvelle aventure de France 2 !

Comme vous m’avez manqué ! Ben oui, j’ai eu encore le droit à la bonne panne d’ordi qui bloque tout, d’où pas d’article la semaine dernière pour l’épisode 3 de Boyard Land.

Mais bon, nous ne sommes pas là pour parler de ça, mais bien du dernier épisode du jeu d’aventures de France 2. Et comme pour Fort Boyard, nous tirerons un bilan de cette nouvelle mouture. Alors, commençons par le commencement…

Le résumé de l’épisode 4

Vu qu’il y a beaucoup de sujets à développer, essayons de faire vite ce résumé. Pour la dernière de Boyard Land, deux équipes du monde de la télé s’affrontent. Pour l’équipe Blanche, nous retrouvons le cuisinier Norbert Tarayre, Danièle Evenou toujours aussi déjantée, le mannequin Terrence Telle et Clémence “Koh-Lanta” Castel. Du côté Rouge, nous avons Bruno “Les Z’Amours” Guillon (qui officiera prochainement sur Intervilles), Rebecca “Plus Belle la Vie” Hampton, Olivier Delacroix avec ses yeux, et Alex Goude.

Tout au long du jeu, lors des duels, l’équipe Blanche dominera les Rouge. Cependant, il n’y aura quasiment aucune épreuve individuelle perdue par les 2 équipes. Seul Bruno Guillon ratera l’épreuve du Train de la Mine pour l’équipe Blanche, faisant perdre 10 Boyards au passage.

Pour allonger la sauce, Olivier Minne nous fait parfois un rappel des épisodes précedents avec des extraits. Cependant, c’est logique quand tu as plusieurs saisons en bouteilles. Parce que là, merci, mais on a suivi la saison…

Une émission différente…

Au petit matin, le score sera de 146 pour les Rouges contre 236 pour les Blancs. Arrive alors l’épreuve de La Roue de 18 mètres, permettant de remporter 150 Boyards… Attendez… 150 Boyards ? C’était pas 100, à la base ?

Et d’autres incohérences similaires apparaissent : les Arcades ne rapportent plus que 10 Boyards par épreuve, la Fée Roni 15, idem pour le Doudou disparu. Comment a-t-on pu en arriver là ?

Et l’explication est simple : il ne s’agit pas du dernier épisode de la saison, mais du premier ! L’épisode proposé était donc le pilote de Boyard Land. Celui-ci avait en effet terminé particulièrement tard (ou tôt au petit matin), car on mettait tout en place. La saison se conclut donc sur l’épisode pilote. Ce qui doit avoir un sens dans un monde parallèle, mais pas ici…

C’est finalement Terrence qui triomphera dans l’épreuve finale face à Alex, pris de panique et de vertiges (en même temps, 18 mètres, ça peut faire peur…). Avec 296 Boyards, les Rouges repartent avec 8000€ pour leur association. Quant aux Blancs, avec 236 Boyards, ils repartent avec un confortable 6000€.

Il est désormais temps de rentrer dans votre partie préférée : les plus et les moins de Boyard Land. Et on va y aller par étape…

Les personnages

boyard land bilan

Globalement, les personnages de Boyard Land rendaient très crédible l’univers voulu par le jeu (une fois retiré les jeux de mots à base de Passe dont je ne me remets toujours pas…). Une très bonne réutilisation de Passe Muraille en Pass’Ivite et de Lady Boo (oui, c’était bien Laura Meté) en Madame Barbe.

Mention très spéciale à Double Passe ! Avec leur look et leurs chansons de cabaret, les deux personnages ont apporté beaucoup de magie dans Boyard Land. Connues dans le civil sous le nom des Soeurs Papilles, Cléo Sénia et Anne-Laure Bonet ont réalisé un vrai travail sur leur univers !

Par-contre, un gros carton rouge à la Fée Roni, qui a particulièrement desservi à l’intrigue amoureuse avec le Père Fouras. En effet, une fée doit avoir ce côté assez lunaire et doit émerveiller, un peu comme Clochette pour prendre une référence à Disney et son célèbre parc. Mais ici, j’ai eu le sentiment de voir le one woman show de Nicole Ferroni. C’était un peu forcé, et surtout pas très subtil. Ratage total à ce niveau…

Le trio Minne-Rovelli-Fouras

boyard land bilan

Je le répète une nouvelle fois : j’ADORE Olivier Minne ! Moulte… Mais comme pour La Course des Champions, celui-ci ne donnait pas l’impression d’être aussi présent que sur Fort Boyard.

Résultat : au lieu d’avoir un Willy Rovelli en directeur de parc excentrique, nous nous retrouvons avec un Willy qui fait à peine plus dans Boyard Land que quand il est chef cuisinier. Un peu dommage, quand on sait qu’il avait montré ses capacités lors des after des 30 ans.

Et pour terminer, alors que le père Fouras ne devait être qu’évoqué, celui-ci est pratiquement omniprésent : dans l’explication des règles, en statue du musée Grévin, dans les épreuves…

Dans ce trio, chacun se gêne mutuellement, et le jeu aurait clairement gagné en intérêt avec un de ces membres en moins. Chacun sera après juge de qui est de trop…

Les épreuves

boyard land bilan

Clairement, la plupart des épreuves de Boyard Land sont directement calquées sur Fort Boyard. On peut noter une nouvelle fois le travail fourni par les équipes dans la réalisation des décors des divers jeux.

Certaines épreuves étaient clairement dans le ton, comme Le Labyrinthe ou La Maison des Clowns. D’autres étaient légèrement Hors Sujet. On cherche encore le train dans Le Train de la Mine, ou pourquoi une épreuve qui s’appelle Boyard Coaster se déroule sur trois échaffaudages de cinq mètres…

On peut aussi signaler la pauvreté des épreuves. En seulement quatre émissions, on pouvait constater qu’on faisait vite le tour des différentes attractions du parc. Après, il ne s’agit que de la première saison, il fallait planter le décor…

La mécanique

boyard land bilan

Concernant le jeu en lui-même, l’idée des tickets classique et premium sur les épreuves individuelles reste une bonne idée. Jouer sur les Boyards accumulés tout au long de la partie est également intéressant.

Deux problèmes apparaissaient cependant. Tout au long du jeu, Olivier Minne mettait l’accent sur l’intérêt de l’écart. Mais en dehors des duels où l’un perdait des Boyards et l’autre en gagnait, cela n’avait aucun impact sur l’épreuve finale. L’esprit de compétition s’en retrouvait légèrement biaisé. Il aurait fallu attribuer sur la Roue un avantage à l’équipe en tête ou un handicap pour l’équipe à la traîne. Aussi, toujours concernant la Roue, l’idée où une seule équipe remportait une somme colossale de pièces était un peu injuste. Il aurait mieux valu offrir l’intégralité de cette cagnotte au premier, et déclencher un compte à rebours pour le poursuivant, avec X Boyards perdus toutes les X secondes à atteindre l’arrivée.

Boyard Land VS Fort Boyard

C’est probablement la question la plus importante : Boyard Land peut-il exister sans Fort Boyard ? Adventure Line Productions a clairement évoqué leur volonté dans une interview : ils VEULENT vendre le format à l’international. Mais peuvent-ils le vendre dans des pays qui n’ont jamais vu le vaisseau de pierre ?

Clairement, la réponse est OUI ! Si on retire le père Fouras, les jeux de mots à base de Passe, les clepsydres,… tout ce qui fait référence au Fort, le jeu peut exister de lui-même. La thématique est respectée, les références correspondent à l’univers des fêtes foraines et des parcs d’attractions (avec des clins d’oeil à Disneyland Paris), et on imagine que ce parc existe dans la vraie vie.

Conclusion

Boyard Land est un projet ambitieux, très ambitieux… Peut-être trop ambitieux. Contrairement à Fort Boyard qui a construit son succès et son univers au fil du temps, presque tout a été construit de toute pièce pour créer ce jeu. Et malheureusement, les coûts ont très vite grimpé. Ce qui donne sur le papier un jeu intéressant, mais très vite freiné dans son concept prometteur et l’étendue de ses possibilités, donnant un ressenti cheapos par-rapport au mythique jeu de France 2.

Cependant, ALP est condamnée au succès : l’enveloppe donnée par le service public est très en-dessous de l’addition finale pour la boîte. Si l’objectif reste de convaincre l’international, il y a donc de fortes chances qu’une seconde saison se prépare sur le territoire français pour corriger le tir.

L’histoire nous a déjà montré par-contre qu’une seconde chance reste toujours possible. En 1990, “Les Clés de Fort Boyard” fût un fiasco total, en jeu et en audiences, et avait failli finir aux oubliettes dès la première saison. Une nouvelle mouture a cependant vu le jour l’année suivante sour le nom de Fort Boyard, avec le succès que nous connaissons aujourd’hui encore. Boyard Land pourrait donc bénéficier à son tour de cette seconde chance, en espérant que la copie soit revue très sérieusement. Il y a toujours de l’espoir…

Alors, en attendant un éventuel retour, je vous dis : à l’année prochaine ?

Poster un Commentaire

avatar
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com

Passe Ton Casting

GRATUIT
VOIR