AventureDébrief'Divertissement

[Débrief’] : District Z a-t-il répondu aux attentes des téléspectateurs ?

7 minutes (temps de lecture)
6.8

3.7 3 votes
Notez cet article !

Attendu par tous, le District Z a-t-il répondu aux attentes des téléspectateurs ? Il est temps de déterrer le débrief’ et de faire le tour de ce nouveau jeu d’aventures…

Fin des années 80, un certain Etienne Mougeotte, patron de TF1, reçoit une proposition pour un certain jeu d’aventures de la part de Jacques Antoine et Jean-Paul Mitrecey : des candidats devront réaliser des épreuves pour remporter des clés, afin d’ouvrir des coffres dans la salle du trésor. Il ne le sait pas encore ce jour-là, mais il regrettera amèrement d’avoir refusé de lancer Fort Boyard…

2020, un certain Arthur, producteur de divertissements pour la chaîne privée, propose, après des années de préparation, la création dont il est le plus fier : un jeu d’aventures… avec des zombies. Et cette fois-ci, TF1 dit Banco ! District Z voit alors le jour, et ne ménage pas ses efforts pour faire sa promotion sur tous les supports possibles. Mais après des mois de teasing, le jeu a-t-il répondu aux attentes ? Avant de passer aux différents points, il est important de parler de la mécanique de District Z.

Mécanique du jeu

Professeur Z ou Docteur Gang ?

Cinq célébrités vont pénétrer au sein du District Z, dirigé par le dangereux Professeur Z. De la tombée de la nuit au lever du jour, Ils devront réaliser des épreuves afin de remporter des pass dans la salle des coffres, contenant 100.000€ (100 lingots de 1000€). Au total, parmi les 30 coffres, 20 contiennent chacun un nombre varié de lingots, 10 sont totalement vides.

Les candidats participent à 2 épreuves dans chacun des 3 niveaux. Le premier niveau met en jeu un pass dans chaque épreuve, le deuxième niveau deux pass, et le troisième carrément quatre pass. En cas de réussite, les pass sont déverrouillés. Mais en cas d’échec, ils devront choisir autant de coffres que de pass perdus. Ceux-ci seront alors condamnés (qu’ils contiennent ou non des lingots).

Après chaque niveau, les candidats devront réaliser un duel face à une créature dans la salle de cinéma du bunker (lieu de séjour du District Z). En cas de réussite, 3 coffres vides seront alors dévoilés et condamnés. Ce qui augmente les chances de faire les bons choix lors de la sélection finale.

Mais durant les épreuves, gare aux zombies ! Chaque candidat dispose d’une balise attaché dans leur dos, représentant leur vie au sein du District Z. Si un zombie attrape une balise, le participant est éliminé de l’épreuve. Il devra en chercher un autre au Bunker, retirant 10 secondes sur les 2 minutes alloués dans la salle des coffres.

Lors du braquage de la salle des coffres, les candidats ouvrent autant de coffres que de pass obtenus. Une fois le temps alloué terminé, les zombies passent à l’attaque. Il faut fuir le plus vite possible le District Z avec le butin.

Il est temps maintenant de passer à la review, en commençant par…

Le majordome

District Z review avis critique
« J’vous jure que j’ai pris mes médicaments »

Personnage important au sein de District Z, le Majordome du Professeur Z est le responsable des candidats au sein du Bunker. Il désigne les participants aux épreuves, et rend les vies perdues durant le jeu. Un personnage essentiel donc, et important pendant toute la durée de la partie.

S’il faut s’habituer au début de l’émission, on s’attache vite aux excentricités de ce personnage haut en couleur, qui devient vite indispensable dans District Z. Incarné par Guillaume Geoffroy, le Majordome apporte énormément de comic relief. Un bon point positif, qui donne de l’énergie au sein de l’émission.

Denis Brogniart

Je suis une célébrité, sortez-moi de là !

Denis Brogniart… ben c’est Denis Brogniart. Je ne peux pas en dire du mal, car il anime bien Koh-Lanta, mais je ne peux pas en dire du bien, car il anime District Z comme Koh-Lanta. Il explique les épreuves de la même façon qu’une épreuve d’immunité, et commente tout ce qu’il se passe de la même façon. Ce qui ne colle pas avec l’ambiance du jeu, et l’alourdit.

De plus, face aux ambiances, aux zombies, aux candidats déguisés comme des soldats,… Le voir à l’intérieur du District Z dénote dans l’ambiance. A la limite, expliquer le jeu depuis l’extérieur via un moniteur pourrait marcher. Faire ses voix off comme dans Koh-Lanta aussi. Mais dans le contexte, cette animation ne correspond pas à l’univers. Ce qui amène le point suivant…

Jean Reno

District Z review avis critique
Allons chassoyer du zombie, mon Jacquouille !

Si vous n’avez pas suivi le développement de District Z, vous pouvez vous demander ce que Jean Reno vient faire dans cette review. Lors du pilote anglais, l’acteur français incarnait un commandant un peu bourru, qui guidait les candidats au sein de la zone. Pour information, Arthur et Jean Reno sont des amis de longue date, et il n’a donc pas été difficile pour l’animateur/producteur de le convaincre pour participer à l’aventure.

Pourtant, dans cette version, Jean Reno manque à l’appel. Et là où l’animation de Denis Brogniart pose problème, le personnage du commandant au sein du District Z collait parfaitement au jeu. Les raisons de son absence restent mystérieuses. Question de budget ? L’acteur a accepté de tourner un pilote où les budgets sont généralement serrés. Une volonté de TF1 de se fier à un visage connu de la chaîne ? Peut être.

Mais dans les deux cas, donnez une chance à Jean Reno. Il semble adorer son rôle, et pourrait apporter beaucoup de relief à l’ambiance du programme.

Les décors et les épreuves

District Z review avis critique
Charleroi, un soir de novembre sous la pluie

Empruntés en partie au Parc Astérix, les décors des épreuves donnent presque le vertige. La production du District Z n’a pas lésiné dans les moyens, et le rendu donne l’ambiance voulue. Même le décor en carton pâte du Bunker colle bien dans le jeu. Les épreuves quant à elles sont très développée, à la hauteur des possibilités modernes de création.

Grâce aux éléments de « Peur sur le parc », District Z devient clairement la zone inquiétante et impressionnante voulue. L’immersion est totale, de la première à la dernière seconde. Un très bon point pour l’émission, qui compte beaucoup sur l’impression d’aventure dans un milieu hostile.

Le rythme

District Z review avis critique
Promenons-nous dans les bois…

Si le concept de District Z devait mettre le téléspectateur en haleine, le rythme de l’émission ne l’apporte pas. Entre le bla-bla constant avec Denis Brogniart, les passages systématiques des épreuves au Bunker et inversement,… Le jeu est trop souvent coupé, A cela se rajoute les pages de pub, qui agacent quand seulement une seule épreuve a été jouée en première partie d’émission.

De plus, les épreuves sont vraiment trop longues. Environ dix minutes pour les épreuves en extérieur en moyenne, là où celles de Fort Boyard ne durent que trois minutes. Résultat : en deux heures de jeu, District Z a proposé 6 épreuves et 3 duels. C’est trop peu…

Pour ne pas arranger les choses, l’épreuve de la salle des coffres, climax de District Z, est expédié en moins de deux minutes. Vous me direz qu’il s’agit à peu près de la même chose pour Fort Boyard avec la salle du trésor. Cependant, le rythme des épreuves est régulier, et amène vers le final de l’émission. Il a donc autant d’importance, si pas plus, que le reste du déroulé du jeu.

Pour finir, quel cliché utilise-t-on dans les jeux d’aventures actuels pour allonger la sauce ? Les séquences de mini-sketch, pardi ! Ceux-ci n’apportent rien au sein de District Z, et casse encore un peu plus le rythme. De plus, si c’est pour proposer le cliché prévisible de la chorégraphie de Thriller de Michael Jackson, ce n’est pas nécessaire.

Les zombies

District Z review avis critique
Free hugs !

Il s’agit probablement de l’élément central du concept. Ce qui donne le nom au District Z : les zombies. Pour que le programme puisse se diffuser un vendredi en prime time, Arthur a gommé les éléments inadaptés pour un public jeune ou sensible, afin de renforcer le caractère d’aventure et non d’horreur.

Le problème, en adoucissant le concept de zombie, celui-ci devient seulement une menace partielle, et non omniprésente. Les candidats les contournent assez facilement (simplement en les poussant de la main), et parfois, ceux-ci n’apparaissent quasiment pas dans certaines épreuves. Un peu un souci pour un jeu qui s’appelle District Z, surtout quand le contact avec un zombie n’est pas dangereux. Ce qui va à l’opposé du concept de zombie.

De plus, les zombies n’apportent aucun danger durant la phase finale de la salle des coffres. Aucun malus n’est infligé si un candidat est capturé, et la scène finale de sortie du District Z est montée et chorégraphiée, mais n’est nullement dans la continuité de la finale. Il aurait été plus adapté que tout se joue jusqu’à la dernière seconde et que les zombies deviennent hors de contrôle au terme des deux minutes. Rendez aux zombies leurs caractéristiques !

District Z vs Fort Boyard

Hold my beer !

Arthur nous avait promis un programme qui allait révolutionner l’univers des zombies, mais aussi celui des jeux d’aventures. D’où cette question évidente : District Z bouscule-t-il les codes établis par Fort Boyard depuis 30 ans ?Malheureusement, pas tant que ça…

Certes, District Z apporte à TF1 le jeu d’aventures qu’il attend depuis tout ce temps. Mais on peut établir un lien clair sur de nombreux points avec le vaisseau de pierre : Les pass remplacent les clés, la salle de cinéma du bunker remplace la salle du conseil, et la salle des coffres remplace la salle du trésor. Pire, le jeu a adapté à sa sauce une des épreuves iconique de l’émission de France 2 : La caserne oubliée reprend La caserne, avec son tapis roulant, son eau et ses chutes rigolotes. Olivier Minne n’a pas dû apprécier ça…

On peut également établir un lien entre District Z et La Piste de Xapatan, autre jeu d’aventure éphémère créé par Jacques Antoine. En effet, le badge de vie placé au dos des candidats ressemble à la balise placée au dos des candidats perdus au fin fond du Mexique, qui étaient éliminés si un ennemi local l’attrapait. Il tient donc à la production de trouver désormais l’élément qui va apporter sa différence face à ces points communs.

Conclusion

Allez, ne vous faites pas prier, entrez…

Après la grosse hype créée par TF1 autour de District Z, l’expression la plus appropriée serait : le soufflé est retombé. Un projet très intéressant sur le papier, mais un peu plombé par des erreurs dans le développement pour un public se voulant le plus large possible, ce qui amoindrit les spécificités du programme.

Sur de nombreux points, District Z reproduit les erreurs de Boyard Land lors de sa première saison (erreurs qui ont été corrigées en grande partie lors de la seconde). Cependant, comme pour leur homologue de France 2, les enjeux sont trop importants pour TF1 et Arthur, et le succès est presque obligatoire. On peut donc imaginer aisément que la copie sera revue très rapidement, et que le projet est très loin d’être terminé.

Les zombies nous feront-ils frissonner de plaisir prochainement ? Affaire à suivre…

Ne manquez plus aucun casting !

Recevez gratuitement nos alertes avec notre newsletter !

J'ai lu et j'accepte les conditions générales de Passe Ton Casting

Une émission ambitieuse à peaufiner !

6.8
On sent que Arthur à voulu tout donner dans ce projet pharamineux! Malheureusement, il peine à convaincre... Longueur, cliché et jeux beaucoup trop simples... il s'agit là d'un Fort Boyard à fort budget ! La copie est à revoir très vite si la production souhaite garder ses téléspectateurs!
6.3

Les candidats

5.0

Les zombies

6.7

L'animation

4.2

Les jeux

8.7

Les décors

9.6

Le Majordome

Points positifs

  • +Les décors qui sont juste incroyables !
  • +Le sublime graphisme 3D de l'émission !
  • +Le personnage du Majordome qui apporte de la folie et du sourire !

Points négatifs

  • -Les zombies qui ne sont pas assez utilisés dans le concept et sont trop peu nombreux !
  • -Les épreuves sont trop ressemblantes à Fort Boyard !
  • -Les épreuves et débriefing qui ne sont pas du tout dynamiques et rendent l'émission trop longue !
Articles à suivre :
AventureCasting en cours

Pékin Express 2022 (M6) - Inscrivez-vous dés maintenant au casting de la prochaine saison !

1 minutes (temps de lecture)
Divertissement

Le nouveau spectacle des "Restos du coeur : Les Enfoirés à côté de vous" sera diffusé Vendredi 5 Mars 2021 à 21h05 sur TF1

1 minutes (temps de lecture)
Aventure

"Koh Lanta : les armes secrètes" à partir du Vendredi 12 Mars 2021 sur TF1 - Découvrez les 20 nouveaux aventuriers !

8 minutes (temps de lecture)
Ne manquez plus aucun casting !

Recevez gratuitement nos alertes avec notre newsletter !

J'ai lu et j'accepte les conditions générales de Passe Ton Casting

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
×
Divertissement

Mask Singer (TF1)- Retour de la saison 2 à partir du 17 octobre sur TF1 !