in ,

« District Z : Reloaded » : C’est la catastrophe pour TF1 qui déprogramme l’émission après des audiences décevantes !

Les décors et les épreuves

District Z review avis critique
Charleroi, un soir de novembre sous la pluie

Empruntés en partie au Parc Astérix, les décors des épreuves donnent presque le vertige. La production du District Z n’a pas lésiné dans les moyens, et le rendu donne l’ambiance voulue. Même le décor en carton pâte du Bunker colle bien dans le jeu. Les épreuves quant à elles sont très développée, à la hauteur des possibilités modernes de création.

Grâce aux éléments de “Peur sur le parc”, District Z devient clairement la zone inquiétante et impressionnante voulue. L’immersion est totale, de la première à la dernière seconde. Un très bon point pour l’émission, qui compte beaucoup sur l’impression d’aventure dans un milieu hostile.

Le rythme

District Z review avis critique
Promenons-nous dans les bois…

Si le concept de District Z devait mettre le téléspectateur en haleine, le rythme de l’émission ne l’apporte pas. Entre le bla-bla constant avec Denis Brogniart, les passages systématiques des épreuves au Bunker et inversement,… Le jeu est trop souvent coupé, A cela se rajoute les pages de pub, qui agacent quand seulement une seule épreuve a été jouée en première partie d’émission.

De plus, les épreuves sont vraiment trop longues. Environ dix minutes pour les épreuves en extérieur en moyenne, là où celles de Fort Boyard ne durent que trois minutes. Résultat : en deux heures de jeu, District Z a proposé 6 épreuves et 3 duels. C’est trop peu…

Pour ne pas arranger les choses, l’épreuve de la salle des coffres, climax de District Z, est expédié en moins de deux minutes. Vous me direz qu’il s’agit à peu près de la même chose pour Fort Boyard avec la salle du trésor. Cependant, le rythme des épreuves est régulier, et amène vers le final de l’émission. Il a donc autant d’importance, si pas plus, que le reste du déroulé du jeu.

Pour finir, quel cliché utilise-t-on dans les jeux d’aventures actuels pour allonger la sauce ? Les séquences de mini-sketch, pardi ! Ceux-ci n’apportent rien au sein de District Z, et casse encore un peu plus le rythme. De plus, si c’est pour proposer le cliché prévisible de la chorégraphie de Thriller de Michael Jackson, ce n’est pas nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Casting – Vous avez un colis (6ter) : Qu’allez-vous trouver dans cette boîte ?

Casting – Lego Masters (M6) : Car le lego n’est pas qu’un jeu pour les enfants !