La saison anniversaire de Fort Boyard se clôture. Retour sur l’épisode 11, et sur les points positifs et négatifs de cet été…

Voilààààààààààààà, c’est fini… La saison 30 de Fort Boyard vient de fermer ses portes. Très bientôt, Olivier Minne et le père Fouras prendront quartier à Lys Chantilly, pour préparer la toute première saison de Boyard Land. L’heure est donc au bilan, le top et le flop de cet anniversaire. Mais avant, un petit résumé de l’ultime épisode de l’aventure estivale, l’épisode 11…

Résumé de l’épisode 11 de Fort Boyard

Pour cette dernière, les habitués des médias envahissent le Fort. A sa tête, l’ancienne ministre Cécile Duflot (on a dit pas de politique dans les commentaires !). Suivie des animateurs Samuel Etienne (Questions pour un champion) et Sandy Héribert (Ultimate Beastmaster), des chroniqueurs Maxime Guény (TPMP) et Julia Molkhou (Bons Baisers d’Europe), et de l’ancien footballeur Vikash Dhorasoo.

D’entrée de jeu, Cécile, grande fan de l’émission, prouve son côté écologique avec le Tri Sélectif et l’obtention de la première clé pour l’équipe. Mais les choses se gâtent pour Samuel, qui échoue dans le Grand Boyard Hôtel. C’est malheureusement durant cette épreuve que l’animateur se blessera gravement. Si le médecin lui déconseille de continuer l’aventure, Samuel ne laissera rien paraître durant l’aventure, mais en paiera le prix fort. Trois côtes cassées et un décollement de la plèvre, il en paiera le prix fort durant les mois qui suivront les tournages.

Si la sportive Sandy viendra à bout de la Cerce pour une deuxième clé, Maxime, Vikash et Julia feront chou blanc avec le Percolateur, le Temple Maudit et chez Magik.

Par-contre, comme dirait Samuel, ce sera un 3 à la suite ! Puisque Cécile et Samuel réussiront le difficile jeu du Roi du Silence, Sandy sortira in extremis du Boyard Bank, et Maxime dans le surf. Le total progresse donc à 5 clés !

Mais les choses vont s’aggraver dans la Cage. En effet, l’équipe essuiera un cuisant échec face aux enfants du Fort. Rouge jubile. Cependant, avant la fin du temps imparti, Julia à la Lutte et Cécile à la Cabine Téléphonique remporteront deux dernières clés, ce qui permet d’arriver à 7 clés. Mais puisque qu’il faut 9 clés pour ouvrir la Salle du Trésor, il est temps de passer au jugement…

Blanche et les aventures

Chez Blanche, tout va sourire pour l’équipe. Que ce soit Cécile avec la Roue du destin ou Maxime avec les Essuie-Glaces, aucun prisonnier ne sera fait ! Vikash profitera de l’occasion pour se frotter au Willymix sur un questionnaire concernant le père Fouras. Malheureusement, avec un score de 2/7, le footballeur ne décrochera pas le Joker pour les aventures.

L’homme derrière le père Fouras

Ce que Vikash ne sait pas, c’est l’histoire de l’acteur du père Fouras. En effet, à l’origine, Yann le Gac était danseur dans la troupe de Maurice Béjart. Si l’homme jouera au début son rôle du vieux sage de Fort Boyard, il mettra progressivement la main à la pâte pour créer la plupart des épreuves de l’émission, mais aussi celles de Koh-Lanta, et ce dès le début du jeu sur TF1 en 2001. On peut aussi noter sa participation dans l’émission d’aventure pour enfants “Mission Pirattak”, diffusé en 1999 et 2000 sur France 3. Il y tiendra le rôle du Capitaine du navire pour le physique, mais aussi celui de Zygomodo pour la voix.

Fin de la parenthèse

Durant les aventures, l’équipe jouera en demi-teinte. Cécile dans le Zoo, Samuel dans la Tête Chercheuse et l’équipe chez Willy remporteront les indices IDEE, COFFRET et NAISSANCE. Pire encore : Maxime se retrouvera prisonnier dans Croco World et devra passer par la case Evasion. Un déconvenue pour le candidat le plus motivé dans l’émission probablement…

Les Maîtres du Temps et la Salle du Trésor

Durant l’évasion, Maxime réussira à ne perdre que 18 secondes. Ce qui permettra à l’équipe de descendre à 2’42” dans la Salle du Trésor. Malheureusement, lors du Conseil, seul Samuel ressortira victorieux de l’épreuve des écrous, pour un total final de 2’57”.

Dans la Salle du trésor, l’équipe perdra beaucoup de temps à la résolution du mot code, trouvant CADEAU après le sacrifice de Samuel pour l’indice ANNIVERSAIRE. Malgré tout, l’équipe s’en sort plutôt bien, en décrochant 11.065€ pour l’association !

Mes amis, il est maintenant temps du bilan…

Le Bilan des 30 ans

fort boyard

30 ans, dans une vie, c’est toujours passer un cap. Un moment où on fait le bilan de nos victoires et nos défaites. Et à ce niveau, Fort Boyard ne déroge pas à cette règle. Nous allons donc faire un résumé des points positifs, mais aussi négatifs de cette saison anniversaire.

L’after

fort boyard

L’after est clairement une réussite pour Fort Boyard ! Pas forcément pour les reportages proposés (même si de beaux inédits ont permis de découvrir de nouvelles choses sur l’émission), mais surtout pour les épreuves bonus.

Pour rappel, au cours de la soirée, l’équipe pouvait participer à 3 épreuves bonus, rapportant chacune 500€ en cas de réussite. Un système qui avait disparu depuis… 1990, la première saison en fait. Et c’est un gros point positif, car s’il advenait à une équipe de rater son passage dans la salle du trésor, elle avait toujours moyen de se rattraper après coup. J’espère que ce sera toujours d’actualité dans les saisons à venir…

Les personnages

fort boyard

Cette année, Fort Boyard a fait le bon choix pour la sélection de ses habitants. On garde les bons éléments comme Blanche/Rouge, Willy Rovelli, Megagaf, Mister et Lady Boo (Laura, si tu passes par là, on s’appelle quand tu veux !). Mais les petits nouveaux ont donné beaucoup de valeur à l’émission. Ainsi, Magloire dans le rôle de Magik, et Patrice Laffont dans le rôle de l’animateur d’un autre temps, ont vraiment apporté beaucoup dans l’aventure. Exit les pénibles Bodin’s et Narcisse Lalanne (sauf dans l’épisode où Francis participait…) qui donnaient envie de zapper…

Par-contre, un gros point noir sera attribué à Casey, l’un des enfants de la Cage. Je n’aime vraiment pas sa brutalité, ni son manque de respect total vis-à-vis des candidats. Plutôt que d’hurler “LA SORTIE C’EST PAS LÀ !”, tu ferais bien de prendre une tasse de sérénité et la jouer plus cool, car ça ne fait pas de toi un garçon respectable pour tes prouesses. Ca fait juste de toi… un sale gosse…

Le voyage dans le temps

fort boyard

Alors là, on attaque un de mes problèmes dans cette saison anniversaire… Peut-être en attendais-je beaucoup trop de cette épreuve en particulier, mais il s’agit d’un échec pour Fort Boyard…

Déjà, l’épreuve n’a pas été proposée à chaque émission. Pourtant, durant les 30 saisons de Fort Boyard, près de 650 épreuves différentes ont vu le jour ! Il n’était donc pas si difficile d’en trouver 11 pour en faire un rendez-vous récurrent, et donc de respecter le caractère “anniversaire” de cette saison…

Ensuite, j’avoue avoir eu du mal avec le manque de rigueur sur les anachronismes. Entre les habillements années 80 quand ce n’était plus l’époque, le logo d’Antenne 2 qui aurait dû être celui de France 2,… À ce niveau, sans devoir aller vers les extrêmes, le respect des époques aurait pu être un poil plus rigoureux…

Les codes récurrents

On en avait déjà parlé lors d’un précédent résumé, mais j’ai eu quelques soucis avec certains “gimmicks” (voire clichés) de l’émission. Principalement un en particulier : la musique qui se coupe…

À de trop nombreuses reprises, on interrompait ou relançait une musique avec l’effet d’un vinyle dont on aurait débranché la prise, puis qu’on rebranchait. La plupart du temps, cet effet venait ponctuer une situation comique ou cocasse, ce qui me donnait le sentiment d’un mec qui me hurlait au visage “T’AS VU, C’EST DRÔLE ! VAS-Y, RIGOLE !”. Non… Non non non non… Au bout de la centième fois, ça devient juste agaçant… Tu aurais fait exactement la même chose sans l’effet, on aurait compris que c’était drôle…

Le jeu

On peut souligner une nouvelle fois les univers hyper bien travaillés des nouvelles épreuves, comme le Temple Maudit. Un gros big up aux équipes de Fort Boyard qui imaginent ces nouveautés, rendant un aspect jeu vidéo à l’émission.

Globalement, peu de changements ont été apportés sur la règle du jeu, voire même pas du tout (même si je reste particulièrement réfractaire à la règle des neuf clés instaurée depuis 2015, et aux clepsydres rouges des aventures depuis 2017).

Par-contre, je n’ai pu m’empêcher de remarquer, durant toute la saison, la facilité des résolutions des mots-codes globalement. Bien sûr, on joue pour une association, et il ne faudrait pas non plus faire des trucs trop alambiqués comme dans les Associés sur la RTBF (si vous ne voyez pas de quoi je parle, allez consulter un épisode). Mais là où, par le passé, il fallait minimum 3-4 indices pour trouver la réponse, certains étaient trouvables au bout de 2 indices seulement…

Malgré tout ça, Fort Boyard reste une valeur sûre de France 2. L’émission a prouvé une fois de plus qu’elle fait partie de la légende des jeux télé français. On attend plus qu’une chose : l’arrivée de Boyard Land, et la saison 31 l’été prochain de Fort Boyard.

A l’année prochaine !

Poster un Commentaire

avatar