Ce 12 octobre, France 2 a lancé son jeu événement : « La Course des Champions ». Que penser de ce nouveau divertissement à haut risque pour la chaîne ?

C’était LE moment le plus attendu pour France 2 pour son projet pharaonique. Une super production de plusieurs millions d’euros, produite avec son partenaire d’Affaire Conclue, Warner : « La Course des Champions ».

Un pari à haut risque, aussi bien en terme d’investissements que par-rapport au format. En effet, La Course des Champions est une adaptation de l’émission de CBS Million Dollar Mile. Une production de LeBron James, à qui nous devons déjà The Wall.

Cependant, l’émission essuya un échec, et s’arrêta au bout de 9 numéros. Alors, en passant d’une grosse chaîne privée américaine à une chaîne publique française, la sauce prendra-t-elle mieux ? Tout d’abord, commençons par les bases…

Les règles du jeu

course des champions

Dans la course des champions, un candidat, sportif amateur, affronte un champion de haut niveau et surentraîné, dans une course parsemée d’épreuves. Ce premier dispose cependant d’une avance de deux minutes pour distancer son adversaire.

Le candidat doit alors passer 5 épreuves facultatives, dans l’ordre de son choix. À ce haque épreuve validée, celui-ci progresse dans la pyramide des gains : 2 500€ – 5 000€ – 10 000€ – 25 000€ – 50 000€. Un palier au niveau des 10 000€ lui est accordé.

A tout moment, il peut décider d’arrêter et d’affronter le mur obligatoire de 21 mètres, pour revenir à son point de départ et valider la somme engrangée. S’il valide les 5 épreuves facultative, il peut tenter une sixième épreuve bonus, lui permettant de repartir avec le jackpot : 100 000€ !

Mais attention, si le champion arrive à le rattraper, et buzze une épreuve avant lui, il perd ses gains accumulés (ou repart avec 10 000€ si le palier est validé). Maintenant que le décor est installé, nous pouvons rentrer dans les différents points de la Course des Champions

Le Deathrun des Champions

Vous n’en n’avez peut-être pas entendu parler. En préambule de La Course des Champions, France.tv s’est associé à Fortnite pour proposer Le Deathrun des Champions. Un tournoi opposant streamer pro face aux amateurs, pour remporter 5 000€ de dotations.

Pour l’occasion, les épreuves et le parcours de l’émission ont été reproduits, et l’événement fût retransmis sur la plateforme Twitch. Une très bonne initiative, qui a permis de cumuler 210 000 viewers durant le live (un gros score dans le monde de Twitch France). Mais surtout, elle a permis de concilier le monde d’Internet à la télévision, là où ce dernier peut cliver trop souvent. Et je trouve ça cool !

L’animation

course des champions

Pour La Course des Champions, quatre animateurs pour le représenter : Olivier Minne, Sandy Heribert (qui a animé Ultimate Beastmaster, disponible sur Netflix) et Laury Thilleman. Mais surtout, le champion olympique Teddy Riner, tête d’affiche de l’émission, et première pour lui en tant qu’animateur.

Concernant la répartition, Teddy devient l’animateur plateau, tandis que Sandy et Olivier seront les commentateurs sportifs. Concernant le judoka, il apporte un côté bon camarade et motivant pour les candidats, étant à fond derrière eux.

Cependant, on remarque très vite que, malgré son énergie et sa bonne humeur, celui-ci atteint très vite ses limites d’animation, tandis qu’Olivier ne semble pas totalement adapté au rôle de commentateur sportif. Il aurait mieux valu laisser l’animateur dans l’animation, et le commentateur sportif dans le commentaire sportif. Je suis certain que Teddy aurait été 1000 fois mieux adapté à cette place.

Concernant Laury, celle-ci donne plutôt l’impression d’un “bouche trou” plus qu’un véritable rôle, testant les épreuves et proposant le jeu audiotel. D’ailleurs, en parlant de ça…

Le jeu audiotel

Il est devenu assez courant de retrouver un jeu audiotel sur de nombreuses émissions. Celui-ci permet en effet de financer le programme diffusé pendant sa plage horaire.

Cependant, dans La Course des Champions, ce message a été martelé pratiquement après chaque candidat. On peut comprendre qu’il existe un enjeu financier pour cette émission, surtout avec la suppression de la publicité sur le service public en soirée. Mais ici, ce signalement quasi systématique casse beaucoup trop le rythme du jeu, et nous sort complètement de l’émission…

Le Stade de France

course des champions

Il s’agissait également d’un grand événement pour l’émission : le Stade de France. Le mythique terrain du mondial ’98, enfoncé d’une dizaine de mètres afin de ne pas dépasser la hauteur de la basilique de Saint-Denis, était le théâtre de cette Course des Champions. Enfin, théâtre… Il faut le dire vite…

En effet, en dehors de la ligne de départ/arrivée (et son Ultime Challenge), et Le Mur se déroulant sur la façade du bâtiment, tout se déroulait à l’extérieur du Stade de France. Et c’est bien dommage, pour un lieu gigantesque pouvant accueillir jusqu’à 100 000 personnes lors d’un concert…

Le casting

course des champions

On peut le dire franchement : La Course des Champions possède un casting très varié. En dehors des nombreux adversaires champions, les amateurs vont du sportif entraîné au vendeur de rillettes (si si, j’vous jure…).

Mention spéciale également pour les binômes, une exclusivité française par-rapport à la version américaine. Une célébrité s’allie avec un sportif émérite afin de gagner de l’argent pour une association. Une parenthèse parmi les anonymes, qui montre un vrai dépassement de soi et l’esprit d’équipe.

Par-contre, vous ne verrez jamais Adil Rami dans l’émission. En effet, suite aux accusations de Pamela Anderson, le footballeur a été tout simplement coupé au montage…

La mécanique du jeu

Mettons au clair un détail : oui, La Course des Champions tient son existence du succès de Ninja Warrior. Tout comme Ultimate Beastmaster ou Big Bounce, il fait partie de ces formats dont les productions ont voulu à tout prix tirer profit d’un blockbuster.

Cependant, le point commun s’arrête là. La Course des Champions apporte une grande différence par-rapport à son “rival”, avec le choix de l’épreuve et la possibilité d’arrêter à tout moment. De plus, les épreuves changeaient avec les candidats (pas énormément, mais un peu quand même…).

Un point me chiffonne cependant : ça court beaucoup trop ! Ou en tout cas, les séquences de courses sont beaucoup trop longues, et la concentration n’est pas assez faite sur les épreuves. Et il y a une explication à ça.

En effet, dans “Million Dollar Mile”, comme son nom l’indique, la course dure environ un mile, soit 1,6 km environ, dans un format d’émission pour une heure d’antenne. Ici, les epreuves étant trop espacées entre elles, les coureurs font 2-3 km minimum de course au total, pour une émission de plus de 2 heures. Résultat, la moitié du temps, on regarde des gens courir. On aurait pu s’en passer…

Conclusion

La Course des Champions possède un certain nombre de défauts notables. Cependant, il possède aussi certaines qualités qu’il ne faut absolument pas négliger. Si le montage des prochaines émissions permet de gommer certains de ces défauts, le programme pourrait valoir vraiment le coup et gagner en intérêt.

De plus, que le pari soit réussi ou non, France 2 a montré qu’elle pouvait avoir de l’ambition, et chatouiller la concurrence à sa façon. Alors, continuons de donner de l’intérêt à des programmes ambitieux, car nous leurs donnerons ainsi les moyens de continuer dans cette volonté…

Poster un Commentaire

avatar